Happy Cover

Depuis que je vous ai parlé du clip Happy we are from Lyon, il y a quelques mois, impossible de passer à côté de ce tube de l’hiver (ben quoi, ça existe pas ?) qu’est la chanson Happy de Pharell Williams.

Pharrell-Williams-Happy-2013-www.josepvinaixa.com-1200x1200

Et comme tous les tubes (cf Daft Punk ici), cette chanson a été reprise un peu dans tous les sens. En ce week-end de Pâques un peu morose, j’ai décidé d’essayer de vous redonner la pêche. Voici, j’espère, de quoi vous rendre happy :-)

On commence avec Christopher Bill, étudiant en musicologie au conservatoire de New-York, qui utilise simplement des claquements de mains en boucle pour accompagner son trombone. Le résultat est vraiment chouette

Mais le gars n’en est pas à sa première tentative comme vous pouvez le voir sur sa chaine youtube. Je vous invite notamment à regarder sa reprise de Royals de Lord ou encore celle de Thrift Shop de Macklemore & Ryan Lewis, par exemple

Une autre très sympa est celle du collectif canadien Walk off the Earth qui avait déjà repris Somebody That I used to Know de Gotye de manière très originale (je vous en avais parlé ici), ainsi que Royals aussi, d’ailleurs.

On continue avec le quintet vocal américain Pentatonix, découvert lors d’un télé-crochet américain, The Sing-Off.

Une autre assez surprenante est celle d’une participante du The Voice anglais qui s’est accompagnée d’une harpe celtique. Pour un résultat magnifique.

Et je ne vais vous en mettre quinze, mais on va finir avec un de mes petits chouchous, John Butler Trio, qui a repris la chanson de Pharell Williams pour la radio australienne Triple J à l’occasion d’une session Like a Version (si vous avez la chance de croiser une compilation Like a Version, achetez la les yeux fermés).

J’espère vous avoir remonté un peu le moral, et je vous souhaite un bon week-end, ne mangez pas trop de chocolat.

Paques

.

Disquaire Day 2014

Je vous en avais parlé rapidement l’année dernière, mais cette année je m’y prends un poil plus tôt, ce samedi 19 avril aura lieu partout en France le Disquaire Day. En réalité, ce sera même partout dans le monde. Créé en 2008 par une centaine de magasins de disques indépendants, le Record Store Day comme on dit là-bas, a pris de l’ampleur.

Disquaire Day

L’idée est de mettre à l’honneur et de promouvoir le travail des magasins de disques indépendants qui font leur métier avec amour et passion, par opposition aux poids lourds de la vente de « produits culturels », en magasin ou pire, en ligne (je ne citerais pas de noms, mais vous voyez de qui je veux parler…). C’est une question de survie pour ces boutiques, mais aussi pour la diversité culturelle plutôt mise à mal ces dernières années, voire décennies.

Pour cette 4ème édition française, le menu est en gros le même que les années précédentes, mais en encore plus étendu. Au programme donc des magasins de disques qui vont vous recevoir avec plein de surprises, comme par exemple des éditions spéciales en séries limitées de disques vinyles (la liste se trouve ici), et également plein de petits concerts un peu partout et la plupart du temps gratuits.

Et puisqu’en France tout se termine en chanson, vous pourrez également prolonger la journée avec la Disquaire Day Night, spécificité hexagonale qui nous différencie du Record Store Day (avec le superbe visuel de Moodoïd).

Affiche concert Disquaire Day

Et cette année, cerise sur le gâteau, Lyon est la ville officielle de lancement de l’opération. L’inauguration aura lieu au Village du Disquaire Day, à la Villa Villemanzy (21 montée Saint Sébastien, 69001) à parti de 10h30 en présence de John Densmore (le batteur des Doors, quand même !!) et de Mickael Kurtz, co-fondateur du Record Store Day.

john-densmore-doors

A noter d’ailleurs que Jon Densmore dédicacera son livre " The Doors, les portes claquent, l’héritage tumultueux de Jim Morrison"  de 9h à 9h30 chez Gibert Joseph, puis de 9h45 à 10h15 sur le stand Musicalame du Village du Disquaire Day (ça me parait un peu tendu comme planning…)

.

A Lyon, les disquaires participants sont :

Art Disques, 12 place Gabriel Rambaud, 69001 (spécialisé dans la chanson française et francophone)

Chez Emile, 4 rue Constantine, 69001 Lyon (plutôt musique électronique)

Dangerhouse, 3 rue Thimmonier, 69001 (la référence du vinyle à Lyon, depuis 1989)

Gibert Joseph, 3 quai Gailleton, 69002 Lyon

Groovedge Record Store, 18b rue des tables claudiennes

Harmonia Mundi, 21 rue du Président Edouard Herriot, 69001 Lyon (plutôt musique classique)

JFX Store, 13 rue René Leynaud, 69001 Lyon (boutique du label lyonnais Jarring Effects)

Kraspek Myzyk, 20 montée St Sébastien, 69001 Lyon (magasin dédié aux œuvres autoproduites et aux labels indépendants)

Livity Reggae, 1 rue Docteur Augros (spécialiste de la musique jamaïcaine comme son nom l’indique, le seul qui ne soit pas dans le 1er arrondissement !! (avec Gibert Joseph, mais quand même en presqu’ile…)

Librairie Musicalame, 16 rue Pizay, 69001 Lyon (librairie spécialisée dans la musique et la danse)

Sofa Records, 7 rue d’Algérie, 69001 Lyon

.

Quelques concerts que j’ai repérés :

17h30 : Poil au Kraspek Myzyk

18h00 : Ladybug and the Wolf au Trokson (110 montée de la Grande Côte, 69001)

19h00 : J.p.G aux Valseuses, 1 rue Chappet, 69001

19h45 : Bernadette 3 au Kraspek Myzyk

20h30 : Disquaire Day Night au Marché Gare avec la sensation Moodoïd + fOwATilE (electro hip-hop,)

(5€ + frais, à réserver ici)

+ des DJ sets un peu partout

.

Plus d’infos sur la page facebook de l’événement Disquaire Day Lyon 2014, mais aussi sur la page facebook du Disquaire Day Lyon ou sur le site internet du Disquaire Day.

C’est le moment de ressortir la platine de papa si tu n’en as pas :-)

.

Soutenez : Birdy Kids le docu

Vous n’êtes pas vraiment lyonnais ou même juste venu à Lyon si vous ne connaissez pas Birdy Kids. Mais si, c’est le nom de ce petit oiseau qui orne les murs de notre ville, et notamment le périphérique, depuis quelques années. Je vous en avais déjà parlé il y a quelques années, il s’appelait alors encore Birdy Brain.

Birdy Kids

Depuis, le petit oiseau a bien grandi et a pris son envol. Des murs du périph, l’oiseau est passé aux murs de la ville (de Lyon mais aussi de Londres), puis aux rideaux de fer des commerces, puis à la cour de l’hôtel de ville lors d’un street day, et on le trouve maintenant dans des galeries d’art ou ornant des t-shirts (mais encore sur le périph).

Birdy Kids périphérique lyon

Birdy Kids Expo Lyon

Initié par le grapheur K-nar, l’oiseau est maintenant l’œuvre d’un collectif, Birdy Kids, composé de Stéphane (le créateur du départ), Gautier (qui s’occupe plutôt de l’infographie) et Guillaume (qui s’occupe plutôt de la sérigraphie).

Depuis 3 ans, deux passionnés de street art, Nathalie Sibille et François Welterin, ont suivi le collectif dans l’idée de réaliser un film sur le street art. Mais pour la réalisation de ce projet de film documentaire, ils ont besoin de votre aide financière et ont donc décidé de lancer une campagne de financement participatif sur le site Ulule.

En contrepartie, vous pourrez même repartir avec une œuvre de Birdy Kids, génial non ?

Toutes les infos sur le projet se trouve sur la page Ulule du projet ou sur la page facebook.

Et retrouvez d’autres œuvres de Birdy Kids sur leur site internet ou leur page facebook.

Tiens, ça me donne envie de repartir à la chasse aux canards, moi…

Birdy Kids Bowl Lyon(photo prise ce midi par moi, les autres sont tirées de la page facebook de Birdy Kids)

.

Damon Albarn

13/04/2014 2 commentaires

Il y a quelques semaines, je vous présentais très succinctement la programmation de cette édition 2014 des Nuits de Fourvière. Il est temps maintenant de commencer un peu le décryptage en mettant en avant quelques spectacles qui me tiennent à cœur.

Le premier dont je vais vous parler est en fait un coup de cœur collectif de blogueurs lyonnais. Vous le savez, depuis quelques années, les Nuits de Fourvière proposent à certains blogueurs de parler de leur spectacle coup de cœur (et par la même occasion d’offrir des places). Cette année, les blogueurs choisis ont été réunis pour choisir ensemble un spectacle qu’ils jugent représentatifs du festival. Après une discussion autour d’un repas, puis pas mal de mails échangés, nous nous sommes mis d’accord sur Damon Albarn.

Damon Albarn

Vous trouverez le compte-rendu de ces discussions sur le site des Nuits de Fourvière. Je vous conseille de le lire en entier et de le garder dans vos favoris. Je dis ça, je dis rien…

Personnellement je voulais attendre un peu avant de vous parler de Damon Albarn, car son premier album solo, Everyday Robots, sort le 28 avril, mais j’avoue que j’ai peur que le concert soit complet avant. Du coup, c’est parti, décryptage.

damon-albarn-Everyday-Robots

Je dis premier album solo, car pour ceux qui n’ont pas fait la relation, vous connaissez forcément le monsieur. Damon Albarn, c’est d’abord le leader et chanteur du groupe Blur formé au début des années 90 avec notamment le guitariste Graham Coxon. Acteurs incontournable de l’ère britpop, ils sont les auteurs de nombreux tubes tels que Girls and Boys, The Charmless man, Song 2, Out of time, et plein d’autres encore.

Blur

Puis Damon Albarn s’est attelé à un autre projet, le groupe virtuel Gorillaz. Au début personne n’a jamais vu leur tête car les musiciens sont tous représentés par des personnages dessinés dans les clips. Lors des premiers concerts, ils jouaient dans le noir tandis que des images étaient projetées sur un écran géant. Une fois encore, il vous est impossible d’être passé à côté de certains tubes comme Clint Eastwood, 19-2000 ou Dirty Harry.

Gorillaz

Damon Albarn a ensuite continué, plus ou moins en parallèle, ses explorations musicales en formant en 2006 un nouveau groupe, The Good, The Bad and the Queen. On pourrait le qualifier de superband, car on y retrouve le producteur Danger Mouse (membre entre autre de Gnarls Barkley (qui avait fait le tube Crazy) et de Broken Bells), Paul Simonon (bassiste de The Clash), Simon Tog (guitariste de The Verve (Bitter Sweet Symphony) et Tony Allen, le batteur de Fela Kuti. Un seul album est sorti de cette expérience, avec moins de tubes, mais toujours de la musique de qualité.

the-good-the-bad--the-queen-4fbfcae1804aa

En 2007, il a aussi composé un opéra rock, Monkey, Journey to the West, tiré d’un roman chinois et présenté uniquement à Manchester, à Paris (au Théâtre du Chatelet, je l’avais évoqué ici, et à Berlin.

Monkey journey to the west

Mais comme Damon Albarn est infatigable, il est aussi très actif dans le label de world music (même s’il réfute ce terme) londonien Honest Jon’s Records.

Après être passé à Fourvière en 2007 avec The Good, The bad, and the Queen, en 2008 avec Honest Jon’s Records et en 2009 pour la reformation de Blur, il est donc logique que Damon Albarn repasse par le théâtre romain de Fourvière pour la sortie de son album solo.

Allez, après ce déluge de noms, vous avez bien droit à quelques extraits de l’album.

A priori, ce sera donc des morceaux beaucoup plus calmes et mélancoliques que ce qu’il pouvait faire avec Blur (ou alors l’album Think Tank) ou avec Gorillaz, mais cela semble quand même toujours aussi classieux, millimétré, un véritable travail d’orfèvre comme il nous a toujours habitué.

Et comme je suis sympa, je vous ai regroupé tous les morceaux dont je vous ai parlé en une seule playlist youtube que vous trouverez ici.

J’ai hâte d’être le 5 juillet, pas vous ? Plus de renseignements sur le site des Nuits de Fourvière.

 .

Wild Beasts

On va faire une petite pause avec les campagnes de financement participative, car ça me prend pas mal de temps, parfois au détriment d’autres sujets que je souhaiterais vous présenter. Non, ce soir je vous parle encore musique avec un concert qu’il ne faut pas rater ce vendredi 11 avril au Marché Gare, celui de Wild Beasts.

Wild Beasts

Wild Beasts, ce sont des anglais qui, bien qu’étant relativement peu connus en France, jouissent d’un énorme succès auprès de la critique musicale. Mais on est loin du groupe hype dont tout le monde aura oublié le nom dans 6 mois, puisque chacun de leur 4 album ont reçu de nombreux louages, dont le dernier Present Tense, sorti il y a quelques semaines, toujours sur le label Domino Records (label d’Anna Calvi, Arctic Monkeys, Franz Ferdinand (complet aux Nuits de Fourvière), The Kills, The Last Shadow Puppets, Juana Molina (première partie de Damon Albarn aux Nuits de Fourvière le 5 juillet), Robert Wyatt (au Nuits de Fourvière le 12 juillet), etc…).

Si vous trainez un peu vos guêtres sur d’autres sites musicaux (j’imagine que je ne suis pas votre seule source de découverte musicales…), vous avez probablement vu passer ce très chouette clip pour le single Wanderlust sorti en avant-première il y a quelques mois.

Vous aurez donc entendu un son dark sorti directement des années 80s, avec des nappes de synthés qui ressemblent à des chœurs, une rythmique très marquée et une mélodie envoutante appuyé par la voix chaleureuse de Tom Fleming.

Le deuxième single tiré de cet album, Sweet Spot, reste dans la même veine, toujours aussi entêtant, mais beaucoup moins rythmé, plus planant. La voix du chanteur principal, Hayden Thorpe, plus douce et plus aigue, voire plus lumineuse, y est peut-être aussi pour quelque chose.

Et le clip d’un troisième extrait, A simple beautiful truth, bien plus calme et posé, est sorti pile-poil aujourd’hui.

Ces trois pépites vous résume un peu l’album, en réalité, une alternance de chansons rythmées et de mélodies plus lancinante, toujours dans le noir et la mélancolie. Superbe album encore acclamé par la critique : 4 forte Télérama, 9/10 pour le NME, 8.2/10 pour Pitchfork, etc…)

Ah oui, et ils seront en concert ce vendredi 11 avril au Marché Gare de Lyon, alors ne les loupez pas.

Plus d’infos sur leur site internet ou leur page facebook.

.

Catégories:Musique Tags:, , ,

Abschaum

Bon, ça commence à manquer de musique et de découverte ici, non ? Je vais essayer de remédier à ça tout de suite en vous parlant d’un projet lyonnais très prometteur, Abschaum.

 abschaum4_zps1d0ee015

J’ai vu circuler le nom d’Abschaum plusieurs fois au cours de ma « veille », mais je n’avais jamais pris le temps de me pencher sur la question. C’est en fait grâce à Amply, le super blog tenu par les bibliothécaires musicaux de la région lyonnaise, qui lui a consacré un article il y a quelques semaines, que je me suis décidé à écouter. Et bien m’en a pris.

Chris Poincelot, l’homme derrière Abschaum, est un musicien prolifique. Il a joué dans de nombreux groupes depuis très longtemps. Mais il est loin le temps où Chris s’inspirait de Nirvana ou Dinosaur Jr. Pour ce nouveau projet solo qu’il a fondé il y a 3-4 ans, les influences seraient plutôt à chercher du côté dark des années 80s, voire même de la période psychédélique ou krautrock des années 70s. Tout cela a été habillement assimilé pour produire un son synthétique sombre et envoutant que ne renierait pas Alan Vega.

Abschaum a déjà 2 EP et 3 albums à son actif, mais pour l’instant uniquement en digital, à écouter et télécharger sur son bandcamp. Le prochain album, Vie et Splendeur, ne devrait pas tarder à sortir.

 Vie et splendeur

.

Personnellement, je trouve ça vraiment très prenant, et je suis content de l’avoir découvert juste avant son concert demain lundi 7 avril au Sonic. C’est dommage que ce soir un lundi, je vous l’accorde, mais je pressens un moment assez intense que je ne louperais pour rien au monde. A noter qu’il partage en fait le plateau du mini festival S’étant Chaussée avec les américains de Excepter et Commando Koko DJ set.

Et sinon, vous pourrez également retrouver Abschaum le vendredi 30 mai à 15h à la Sucrière pour les NS Days.

Plus d’infos sur Abschaum sur son bandcamp ou sa page facebook.

 .

Jadikan, Light Painter

05/04/2014 6 commentaires

Une petite info en passant très vite, j’ai eu l’occasion hier de voir une très chouette expo de Light Painting par l’artiste Jadikan au centre culturel l’Aqueduc de Dardilly.

jadikan-1

Le light painting est une technique qui consiste à utiliser la lumière pour créer des motifs en surimpression sur une photo. En fait, il suffit d’utiliser un temps d’exposition assez long dans un environnement sombre et d’y déplacer une source lumineuse. Le décor sera alors figé tandis que la source lumineuse laisse une trace, comme les phares des voitures par exemple.

Traces voiture

Les premiers artistes à avoir exploité cette technique sont probablement Man Ray et Picasso, mais le jeune isérois Guilhem Nicolas, Jadikan de son nom d’artiste, l’a approfondie et la maitrise maintenant à la perfection.

Man Ray - Space writing - 1937 - light-painting

Man Ray – Space writing – 1937

Light Painting - picasso - Gjon Mili - Space Drawing

Picasso et Gjon Mili – Space Drawing 3 – 1949

Depuis 2005, où il découvre les possibilités de son appareil photo par hasard en prenant un mégot, Jadikan fait beaucoup de chemin et a appris à dompter la lumière, toute sorte de lumières. Il en a même abandonné son métier d’économiste pour s’y consacrer à temps plein. Chaque œuvre nécessite une préparation minutieuse, qui commence par le repérage du décor, en général une friche industrielle. Le résultat est magnifique, pas étonnant que Jadikan soit devenue une référence dans le monde entier. En ce moment il expose des œuvres en parallèle à Grenoble (Le Pont de Claix), à Viry-Chatillon, à Paris (Bastille Design Center) , à New-York (Affordable Art Fair)… et donc à Dardilly.

Voici quelques exemples de ses réalisations :

Jadikan -2

Jadikan-3

Jadikan-4

L’exposition est gratuite et dure jusqu’au 25 avril dans le hall de L’Aqueduc de Dardilly, Chemin de la Liasse, aux horaires d’ouverture du centre culturel : lundi 14h-19h, mardi, jeudi et vendredi 10h-12h ; 14h-19h et mercredi 10h-12h30 ; 13h30-19h.

.

.

Plus d’infos sur son site internet ou sur sa page facebook.

Et je ne résiste pas à l’envie de vous montrer ce que j’ai moi-même fait avec des copains l’année dernière dans les rues de Lisbonne. Bon, y a encore du boulot :-)

Light Painting Lisbonne

.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 970 followers