Archive

Archives d’Auteur

Délit de Grossesse – concours inside

15/09/2014 2 commentaires

Aujourd’hui, je vous invite à aller au café-théâtre. Je vous invite littéralement car on m’a proposé de vous faire gagner des places pour la pièce Délit de grossesse.

 Délit de Grossesse

Çà parle de quoi ?

.

Pas de grosse surprise, comme le titre le laisse penser, le thème de cette pièce est la grossesse. Voici d’ailleurs le pitch : "Marre de vos petits nichons qui tiennent tout seuls ? Ras-le-bol de votre taille de guêpe? N’hésitez pas à essayer 9 mois de grossesse!"

Mais revenons d’abord quelques années en arrière. Après l’énorme succès de la pièce Arrête de pleurer Pénélope entre 2002 et 2005, le producteur de théâtre lyonnais Stéphane Casez (propriétaire des salles lyonnaises le Boui-Boui, puis le Rideau Rouge, puis enfin en 2013 de la Comédie Odéon, ainsi que l’exploitant du Palace pendant le festival d’Avignon) lance une deuxième vague de représentations de la pièce avec de nouvelles actrices en 2006. C’est là que la lyonnaise Arianne Echallier et la parisienne Vanessa Defasque se sont rencontrées. Après quelques années et des centaines de représentations partout en France, les deux jeunes femmes tombent enceinte au même moment (leurs enfants naitront avec 10 jours d’écart). Comme l’envie d’écrire pour le café-théâtre leur trottait dans la tête depuis quelques temps, le sujet a été vite trouvé.

Le résultat est donc la pièce Délit de grossesse, jouée à Lyon plus de 100 fois depuis septembre 2013. Je n’ai pas encore vu le spectacle, mais de ce que j’en ai lu, tous les aspects de la grossesse sont traités, surtout ceux qui ne font pas rêver : le ventre énorme, les vergetures, le gynéco homme, les seins à l’air pour allaiter, etc…. évidement tournés en dérision, … et avec beaucoup de succès.

Délit de grossesse au Boui-Boui

Délit de grossesse au Boui-Boui

.

C’est où et quand ?

.

Devant ce succès, la pièce revient maintenant à la Comédie Odéon, à Lyon (super salle, n’hésitez pas si vous n’y êtes pas encore allés) tous les samedis à 16h jusqu’au 27 décembre, ainsi que le soir du réveillon.

Plus d’infos sur Billet Réduc ou sur la page facebook de la pièce.

.

Le concours

.

Et comme je vous l’annonçais en introduction, j’ai donc 5×2 places à vous faire gagner pour le samedi de votre choix. Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de laisser en commentaire le nom d’une pièce de café-théâtre que vous avez aimée (ou que vous me recommandez). Comme d’habitude, une chance de plus pour ceux qui me suivent sur facebook ou twitter. Ramassage des copies le lundi 22 septembre à minuit.

 .

Catégories:Divers

Heart of Glass, Heart of Gold

12/09/2014 1 commentaire

Puisque l’été se décide à jouer les prolongations (enfin vu comme il est arrivé tard, ce n’est qu’un juste retour des choses…), on a encore envie d’être en vacances, non ? Et bien je ne suis pas votre employeur, je ne peux pas vous faire repartir en vacances, mais je vous propose de vous en donner la sensation le week-end prochain (du 19 au 21 septembre) avec un dernier festival avant de repartir sur des concerts en salle, il s’appelle Heart of Glass, Heart of Gold (HogHog pour les intimes).

 hoghog14-flyer-WEB-1

.

C’est à Lyon ?

Ce n’est pas tout à fait à Lyon, j’avoue, mais ce n’est pas très loin, c’est à Ruoms, en Ardèche, et ça vaut vraiment le coup. La principale particularité de ce festival est qu’il se tient dans un centre de vacances privatisé. Ainsi les festivaliers et les artistes sont complètement immergés dans le lieu pendant 3 jours. Et parce que les festivals s’est bien mais on a plus tous 20 ans, le logement se fait du coup dans des bungalows sur le site. C’est pas parfait comme concept, ça ?

.

Il y a qui ?

Au niveau programmation, les amateurs de musiques indépendantes vont être aux anges, car de ce côté-là aussi les organisateurs ont fait les choses bien. J’ai nommé : La Femme, Moodoïd, Brns, Omar Souleyman, The Soft Moon, Optimo Djs, Mondkopf, Acid Arab, Matt Elliott, Amen Dunes, Fear of Men, Public Service Broadcasting, Hookworms, Jenny Wilson, Red Axes, 2 Boules Vanille, Wesley Matsell, Ytpo, Golden Teacher, Taulard, Dagga Dagga Mbira, Hartzine DJs.

Vous ne connaissez probablement pas tous les groupes qui se produiront (je vous offre toute ma reconnaissance si c’est le cas…), vous n’en connaissez peut-être même qu’un ou deux, mais sachez que vous avez là la crème de la crème. Certains sont quand même passés à Lyon, que ce soit aux Nuits de Fourvière, aux Nuits Sonores, aux Invites ou au Marché Gare par exemple. Et pour les autres, ce sera l’occasion de les découvrir dans un cadre intimiste (le site ne peut accueillir que 1000 festivaliers) et dans des lieux parfois incongrus.

Retrouvez plus d’infos sur chacun des groupes sur le site internet du festival.

.

Ok, mais à part la musique ?

Mais comme il n’y a pas que la musique dans la vie, vous aurez également droit à un cours de yoga, un karaoké (promis il n’y aura pas de Michel Sardouille…), un atelier fanzine pour les enfants (ah oui, j’ai oublié de vous dire, c’est un festival family friendly), une dégustation de vins, une expo photo, un échange de compilations (à préparer à l’avance sur CD, K7 ou clé USB), une collecte d’histoires vraies par l’écrivain François Beaune, un pop-up market, et la possibilité de jouer au foot, ping-pong, tennis, basket, etc… et bien sûr la super piscine du club ! Une vraie colo…

©Vincent_Arbelet44

Heart of Galss, Heart of Gold 2013, © Vincent Arbelet

©Vincent_Arbelet_Connan_Mockasin

Connan_Mockasin à HogHog 2013, © Vincent Arbelet

©Pierre_Even4

Heart of Glass, Heart of Gold 2013, © Pierre Even

.

Et pour le coté pratique ?

Pour le côté pratique, sachez que votre droit d’entrée comprend également votre place dans un bungalow de 4, 6 ou 8 personnes (entre 107,50€ et 146,25€ par personne). Plus exactement, vous achetez tout le bungalow et vous vous le partagez entre potes. Si vous n’avez pas (ou pas assez) de potes, sachez qu’il existe un groupe facebook sur lequel des gens proposent ou demandent des places dans des bungalows. Il existe aussi la formule « bungalove » qui est tout simplement une place dans un bungalow avec 7 inconnus. Enfin, pour ceux qui habitent dans le coin ou sont vraiment asociaux, vous pouvez acheter uniquement l’accès aux concerts.

Si vous n’êtes pas véhiculés et que vous n’arrivez pas à trouver un covoiturage (voir sur le site), vous pouvez venir en train (+ navette TER depuis Valence ou Montélimar), vous aurez juste 15 minutes à marcher pour accéder au site. Et pour les parisiens, il y a carrément un bus qui part le vendredi matin et vous ramène le dimanche soir. Comme quand on part en colo, je vous dis.

Retrouvez toutes les infos sur le site internet de HogHog, ou sur la page facebook.

Et pour finir cette présentation, voici un petit film sur la première édition qui s’est déroulée l’année dernière, histoire de vous montrer un peu l’ambiance.

 .

 C’est bon, je vous ai convaincus, vous venez ?

.

Catégories:Musique Tags:, , ,

Biennale de la Danse 2014

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez probablement vu que j’ai passé de super vacances en Islande. Avant que je ne vous en parle un peu plus, revenons un peu à l’actualité culturelle lyonnaise. En effet, depuis aujourd’hui a débuté la 16ème Biennale de la Danse qui se tiendra à Lyon et dans la région jusqu’au 30 septembre.

Visuels Biennale de la Danse

Pour cette nouvelle édition, la directrice artistique Dominique Hervieu a eu le temps de prendre ses marques (elle était arrivée seulement un an avant la précédente édition), mais pour autant, la biennale n’a, une fois encore, pas réellement de thème.

Pendant ces 20 jours, 45 spectacles se succéderont dans la ville de Lyon et même aux alentours. Et comme souvent, tous les styles de danse seront représentés. Je ne connais pas assez bien la danse pour vous faire une sélection, mais j’ai quand même repéré quelques grands noms, comme William Forsythe, Mourad Merzouki, le Ballet de Lorraine, Maguy Marin, Benjamin Millepied, Jan Fabre, Accrorap, ou James Thierrée qui annoncent une bonne cuvée.

Outre la danse, la Biennale introduit cette année deux nouvelles disciplines connexes.

Le cirque tout d’abord, avec par exemple Tabac Rouge, le nouveau spectacle de James Thierrée (fils de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin (le Cirque Invisible), elle-même fille de Charlie Chaplin) qui a l’air magique, ou des compagnies plus traditionnelles comme Compagnie XY, Claudio Stellato, Yohan Bourgeois (dont le spectacle d’acrobatie Celui qui tombe, a l’air génial) ou Alessandro Sciarroni (jonglage).

Tabac Rouge - james Thiérrée

Tabac Rouge, James Thiérrée, © Richard HAUGHTON

.

La performance ensuite, en recréant notamment des pièces restée célèbres, comme Relâche, happening ciné-danse mis en scène en 1924 par Francis Picabia, René Clair et Erik Satie, ou encore avec Magical, un ensemble de 5 performances historiques réalisés par des femmes dans les années 60-70 : Yoko Ono (1964), Valie Export (1967), Carolee Schneemann (1975), Martha Rosler (1975) et enfin Marina Abramović (1976). Le célèbre metteur en scène belge Jan Fabre viendra également représenter une de ses œuvres fondatrices, C’est du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir, qui dure 8 heures… Mais les jeunes chorégraphes qui abordent la performance ne sont pas oubliés, c’est le cas par exemple de Noé Soulier ou François Chaignaud.

Probe von "This is theatre how it was to be expected" von Jan Fabre

This is theatre like it was to be expected and foreseen, compagnie Troubleyn, Jan Fabre, © Wonge Bergmann

.

Vous pouvez voir l’ensemble de la programmation sur le site de la Biennale et comme d’hab, voici le petit teaser qui va bien, sur une musique d’un petit gars du coin que vous connaissez probablement …

.

Pour ma part, je pense aller voir le spectacle Il n’est pas encore minuit, par la Compagnie XY. Cette troupe de désormais 22 acrobates adeptes des portés acrobatiques mélange cirque et danse de la façon la plus extraordinaire qu’il soit.

Le grand C

Compagnie XY, © Christophe Raynaud de Lage

Et pour la partie danse, a proprement parler, je pense que Récital à 40, de Mourad Merzouki par le Centre Chorégraphique Pôle Pik de Bron me plairait, vu comment j’avais aimé Yo Gee Ti, le spectacle qu’il avait donné il y a deux ans. J’enchainerais probablement avec LA Dance project, le spectacle de Benjamin Millepied (qui a fait sa formation de danseur au CNSMD de Lyon et qui va bientôt prendre le poste de directeur de la danse à l’Opéra de Paris).

Reflections

L. A. Dance Project, Benjamin Millepied, © Benjamin MILLEPIED

.

Notez également la date de dimanche 14 septembre pour le traditionnel Défilé dont ce sera la 10ème édition. Comme 2014 est décidément l’année du Brésil (même si la coupe du monde est déjà loin), ce sera le thème du Défilé. Retour aux sources, donc, puisque c’était également le thème du premier défilé, imaginé par Guy Darmet en 1996, qui s’inspirait des écoles de samba brésiliennes où tout le monde se retrouve autour d’une passion commune, la danse.

A l’issue du Défilé, ne partez pas tout de suite, dirigez-vous plutôt vers la Place Bellecour où vous pourrez assister à une version augmentée de Swan Lake (Le lac des cygnes) par Dada Masilo. Vous serez ensuite invités à danser une samba tarentelle au son des 500 musiciens de SambaSax. Vous pouvez d’ailleurs vous entrainer avec la vidéo que vous trouverez ici.

Vous trouverez évidemment toutes les infos sur le site internet de la Biennale, ou sur la page facebook.

.

Catégories:Spectacle Tags:, ,

Woodstower

Mine de rien, on s’achemine tout doucement vers la fin de l’été. Et qui dit fin de l’été à Lyon, dit Woodstower. Le festival écolo local dont je vous ai parlé les années précédentes (ici et ) revient pour sa 16éme édition les 23 et 24 août, toujours au Grand Parc de Miribel-Jonage, sur la plage du Fontanil.

Festival-Woodstower-16eme-edition

Cette année, faute de subventions suffisantes, peu de grands noms à l’affiche. Mais ce n’est pas grave, le festival n’est pas là pour concurrencer les Vieilles Charrues ou Rock en Seine. L’idée est plus de passer un bon moment et de découvrir de nouveaux groupes dans plein de styles différents.

Cette année, la scène principale sera sous chapiteau, donc pas de soucis avec la météo (vue la pluie qu’on a eu jusqu’à présent, les organisateurs ont plutôt eu du nez…). On commence avec le raga de Biga*Ranx, puis la tête d’affiche sera assurée par Casseurs Flowters (Orelsan et Gringe), puis les canadiens de Misteur Valaire (mon coup de cœur, je vous en ai parlé ici et ) et la drum’n bass de Dirtyphonics clôturera la soirée.

.

Sur la Scène Pépinière, vous pourrez voir les lyonnais de Nazca, le groupe Kid Wise, les lyonnais d’Animali, les bordelais d’Odezenne (qui sont déjà venus il y a deux ans et qu’on voit souvent avec l’Animalerie) et enfin Le Son Etrange (le nouveau projet de DJ Stani, ex Peuple de l’Herbe, vu au concert de soutien aux précaires à Fourvière cet été).

.

Enfin, la scène baptisée le Club prend de l’ampleur cette année et devient une scène à part entière en accueillant Acid Arab (acid house orientale), DJ Pone (membre de Birdy Nam Nam) et le parisien Débruit.

.

Les places sont en vente au prix de 20€ en prévente (18€ tarif réduit) et 25€ sur place.

Comme depuis 2 ou 3 ans, le dimanche est quant à lui gratuit pour tous. Au programme, encore un peu de musique avec sous le chapiteau une star du raï algérien, Cheb Lakhdar, accompagné de Mazalda (un mélange détonnant de blues-rock électro d’inspiration orientale, aperçu en clôture des Nuits de Fourvière, très chouette), puis les batteurs humoristiques de Fills Monkey (un ex No One Is Innocent et un ex JMPZ, vraiment génial), et le rock 60s de Gaspard Royan. Mais vous pourrez également écouter des DJs au bord de l’eau avec Chylo (soul, funk, hip-hop), Jezz at home (soul, funk, hip-hop, déjà présents aux Summer Sessions du Transbo en juillet) et Wavesonick et Miimo en Back2Back.

.

Tout au long du week-end et particulièrement le dimanche, il y aura aussi pas mal de spectacles de rue pour vous divertir, ainsi qu’un sound system sous-marin (bah oui, on est quand même à côté de la plage), une initiation au Tai-Chi, une zone rétro-gaming et même des balades en licorne poney.

Bref, un bon petit week-end bien peinard pour terminer les vacances en beauté et découvrir de nouveaux groupes.

Retrouvez toutes les informations sur le site internet du festival, et, une fois n’est pas coutume, on va finir par un petit teaser plein d’humour.

.

.

La photo du mois – août 2014

On ne le dirait, vue la météo pluvieuse qui se succède de jour en jour, mais nous sommes déjà le 15 août. C’est donc l’heure de la photo du mois. Pour rappel, il s’agit, pour les blogueurs inscrits sur le groupe facebook du même nom, de poster tous en même temps une photo sur un thème défini à l’avance.

Pour ce mois-ci, le thème est Sourire et il a été choisi par Laurent Nicolas du blog Malaxi.net.

Hors de question pour moi de mettre une photo de ma trogne. De toute façon, c’est assez rare les photos où je souris… Pas que je n’aime pas sourire ou rire, hein, mais devant l’objectif je suis toujours complètement pétrifié.

J’ai donc choisi un sourire un peu particulier, celui qui accueille les visiteurs du Luna Park de Saint Kilda, à Melbourne en Australie, depuis 1912. Inutile de vous dire qu’il a du faire peur à plus d’un enfant depuis tout ce temps-là :-)

Luna Park

Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez plus d’infos sur le site internet du Luna Park.

Et maintenant, allons voir ce que les autres blogueurs du groupe nous ont trouvé comme sourires.

Nanouk, La Dum, Lau* des montagnes, Renepaulhenry, Testinaute, Krn, MissCarole, Marie, Cricriyom from Paris, Autour de Cia, Rythme Indigo, KK-huète En Bretannie, Mimireliton, Claire’s Blog, DelphineF, Eva INside-EXpat, Photo Tuto, Cécile Atch’oum, Nie, Alexinparis, Elsa, Elodie, Vanilla, Fanfan Raccoon, Les Filles du Web, Sephiraph, Zaza, princesse Emalia, El Padawan, Akaieric, La Fille de l’Air, Woocares, Blogoth67, Crearine, Pilisi, Xoliv’, Lavandine, A’icha, eSlovénie, Mahlyn, Céline in Paris, Sandrine, Kantu, A chaque jour sa photo, BiGBuGS, Tataflo, Marmotte, Philae, Louisianne, Lavandine83, Marianne, Morgane Byloos Photography, Laurent Nicolas, The Parisienne, Arwen, Agnès, Nicky, Isaquarel, Aude, Brindille, Anne, Chat bleu, Laulinea, Dame Skarlette, Ava, Dr. CaSo, MauriceMonAmour, Guillaume, Un jour, une vie, Maria Graphia, La Berlinoise, Agathe, Salon de Thé, Alban, Les bonheurs d’Anne & Alex, Frédéric, Gilsoub, Cécile – Une quadra, Annick, Pixeline, Calamonique, Thalie, Alice Wonderland, Sylvie, Isa ToutSimplement, Josiane, Homeos-tasie, Champagne, hibiscus, Christophe, magda627, Giselle 43, La Nantaise à Paris, Bestofava, Lyonelk, Galinette, Blue Edel, Lucile et Rod, Ann, Julia, François le Niçois, Memories from anywhere, Cara, Mamysoren, Laurie, Gizeh

 .

Catégories:Divers Tags:,

Soutenez : Dreisam

On continue notre exploration des artistes locaux qui ont besoin de votre aide. Aujourd’hui je veux vous parler du groupe de jazz Dreisam.

Dreisam - crédit photo Malapris.com

Dreisam – crédit photo Malapris.com

En réalité, je l’avais déjà évoqué brièvement l’année dernière quand je vous avais parlé du Péristyle (où a été prise la photo ci-dessus). Hé, d’ailleurs, le Péristyle est ouvert jusqu’au 6 septembre, et c’est toujours gratuit, alors si vous aimez le jazz ou même si vous voulez découvrir, foncez.

Dreisam, c’est l’histoire de la rencontre improbable de 3 musiciens d’origines bien distinctes. Le percussionniste Zaza Desiderio vient du Brésil, le pianiste Camille Thouvenot vient de Nîmes, tandis que la saxophoniste et flutiste Nora Kamm vient d’Allemagne. Le trio se forme en 2011 à Lyon et se cherche un peu, entre la capitale des Gaules et Freiburg en Allemagne, où coule justement la rivière Dreisam. Leur musique est naturellement empreinte de ce métissage géographique et culturel et ça marche super bien. On reste dans le jazz sans extravagance, mais l’énergie et le talent du trio nous invite au voyage et au dépaysement.

En 2012, fort du label Emergence du tremplin Jazz(s)RA, la plateforme des acteurs du jazz en Rhône-Alpes, ils se produisent avec succès dans de nombreux festivals dans la région, ainsi qu’à Paris. C’est notamment de leur passage au festival A Vaux Jazz qu’ils ont tirés un disque 6 titres live autoproduit que je me suis procuré lors de leur passage au Péristyle l’année dernière et que j’écoute assez souvent.

2013-08-20 Dreisam (01)

.

.

 .

Ils passent maintenant au niveau supérieur et préparent la sortie de leur premier album, Source. Les morceaux ont été enregistrés aux studios de La Buissonne, dans le var, un studio assez réputé dans le monde du jazz.

Mais encore une fois, enregistrer les morceaux, c’est bien, mais ça ne suffit pas pour faire un disque. Il faut encore faire la post-production, le graphisme (ou artwork), payer les frais de droits de reproduction, le matériel promotionnel (flyers, affiches, site web, …), etc… Et c’est donc pour ça que Dreisam s’adresse à vous en ce moment par l’intermédiaire d’une campagne de financement participatif sur le site Ulule.

Le disque est prévu pour l’automne, et il y a déjà quelques dates de concert prévues dans la région, comme le 16 octobre au Novotel de Confluence, le 24 octobre à Chaponnay (sud-est de Lyon) ou le 29 novembre à Buxy (bon, ok, c’est pas tout à fait la région, mais c’est assez dôle comme coïncidence).

Vous pourrez également entendre Nora Kamm en quartet du 21 au 23 août au Péristyle, justement.

Plus d’infos sur Dreisam sur leur site internet ou leur page facebook, et pour participer à la souscription, ça se passe ici.

Ulule_logo

.

Ok Go

Aujourd’hui je voudrais vous parler du dernier clip du groupe américain Ok Go, The writing’s on the wall, car il est un peu particulier. En effet, on y voit le groupe se déplacer dans un local où sont disposés tout un tas d’objets qui forment des anamorphoses. Cela plairait probablement à l’artiste Georges Rousse dont je vous avais invité à aller voir l’exposition à l’hôtel de région il y a quelques semaines (j’explique d’ailleurs dans l’article ce qu’est une anamorphose)

Ok Go - The writing

.

C’est très impressionnant d’autant plus que le clip a été tourné en un seul plan séquence. Je n’ose pas imaginer le temps de préparation qu’il a fallu pour tourner ce clip, ainsi que le nombre de répétitions…

Comme beaucoup de gens sont curieux de connaitre l’envers du décor, ils ont fait un petit making of, enfin vraiment petit mais plein d’humour.

Bon allez, blague à part, il y en a quand même un vrai :

 .

Mais en réalité, Ok Go n’en est pas à son coup d’essai, on peut même dire que les clips déjantés sont un peu leur spécialité. Dans un de leurs premiers clips pour la chanson Here it goes again, on les voyait jouer avec des tapis roulants. C’est un peu cheap, mais c’est drôle :

Toujours un style un peu cheap pour End of Love, mais encore beaucoup d’imagination et de créativité avec du stop-motion qui rend plutôt bien :

Ensuite, ils passent vraiment aux choses sérieuses avec le clip de This too shall pass en mars 2010. On y voit un enchaînement de mouvements d’objets, chaque mouvement entrainement le suivant, un peu à la façon des records du monde de dominos.

Deux ans plus tard, ils remettent ça pour la chanson Needing / Getting. Cette fois ils se baladent dans une voiture en créant de la musique avec des éléments extérieurs frappés par le passage de la voiture :

 .

Moi je ne dis qu’une chose : Chapeau, et vivement le prochain !

En attendant, vous trouverez plus d’infos sur Ok Go sur leur site internet ou sur leur page facebook. Leur chaine youtube regorge aussi de pépites de clip décalés.

 .

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 166 autres abonnés